Une tuile de plus !

Comme si notre incapacité à faire un bébé ne suffisait pas à notre bonheur, voilà qu’une nouvelle tuile, et pas des moindres, nous tombe dessus.

Juste avant Noël, mon Geek n’aura plus de travail. Je ne donnerais pas trop de détails, histoire de rester discrète, mais il s’agit -maigre consolation- d’un licenc*ement écon*mique.

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, nous sommes assez sereins face à cette situation. Par contre, ça modifie sacrément notre vision de l’avenir de notre petite famille à plus ou moins court terme.

Vous vous en doutez, cette tuile annule le projet « Maison » et nous cessons donc toutes nos recherches et démarches.

Sans la PMA, soyons honnêtes, nous aurions immédiatement sauté de joie et fais nos cartons pour nous expatrier avec enthousiasme de l’autre côté de l’océan. Mais il y a ce bébé qui ne vient pas dans l’équation et nous sommes donc, pour le moment « obligés » de rester ici. Non pas que ça nous déplaise, nous adorons notre région, mais ça reste une belle opportunité que nous ne voudrions pas manquer !!

D’ailleurs, l’annonce du pl*n s*cial n’avait même pas encore refroidie que mon amoureux avait déjà reçu 2 propositions donc je ne doute pas de sa capacité à retrouver très prochainement un travail.

Nous avons quand même un petit peu l’impression que l’Univers se fout ouvertement de notre gueule moque de nous et cette nouvelle pause forcée dans nos projets met notre patience à rude épreuve…

Remplir le vide…

Il y a des jours où l’attente creuse un peu plus le trou de mon ventre. Ce vide m’accompagne depuis un moment déjà. Il est là, au centre de mon être. Et il patiente, il attends lui aussi qu’on le remplisse de cette petite étincelle qui deviendra le centre de son univers.

Heureusement, je ne suis pas complètement monomaniaque et je ne pense pas qu’à ça. Mais ça tourne en tâche de fond, en permanence, un bourdonnement léger que l’on oublie pas, même quand on y pense pas.

Et quand j’y pense, je sombre parfois. Mais un J1 ne m’abats pas. La douleur vient plus tard quand j’appréhende enfin l’échec.

Alors je me remplis de nourriture, à m’en rendre malade, à en pleurer de ne pas pouvoir me maîtriser. Et je vois l’amour blessé dans les yeux de mon amoureux, impuissant face à ma détresse.

Puis la douleur reflue, me laissant à nouveau vide, dans l’attente d’une étincelle…

Brèves #4

Quand on attend depuis longtemps, on a tendance à amasser tout un tas de trucs.

Résultat, j’ai aujourd’hui une énooooorme boite d’archivage rouge qui trône sur mon bureau, avec tous nos papiers, comptes-rendus d’analyses, articles découpés, factures, publicités, etc.

Et, quelque part, je ne peux pas m’empêcher de me dire que notre bébé, même s’il n’est pas encore dans mon ventre, est déjà bien présent dans notre maison.

Mine de rien, la PMA, ça occupe ^^

Le Geek a donc ouvert la marche de notre parcours en PMA avec une premier prise de sang la semaine dernière, à l’aube et à jeun. Il a d’ailleurs du attendre 30min parce qu’une des analyses nécessite que le patient soit au repos.

Autant vous dire qu’une fois arrivé au bureau, il aurait mordu quiconque se serait mis entre la machine à café et lui…

Ensuite j’ai enchainé avec un bilan ovarien, composé d’une prise de sang et d’une échographie (effectuée par le Docteur Eprouvette, ça c’est cool). A jeun aussi mais je n’ai pas attendu donc je n’ai pas agressé le collègue qui sentait la chocolatine quand je suis arrivée, à mon tour, au bureau.

Rebelote aujourd’hui pour le Geek avec une échographie testiculaire et un doppler. Et demain pour moi avec un prélèvement vaginal puis samedi en 15 pour l’hystérométrie (ou test de transfert).

Ensuite, pendant qu’il termine avec un rdv chez l’urologue et un deuxième spermogramme fin novembre, moi je patiente jusqu’à notre deuxième rencontre avec le Docteur Eprouvette début décembre.

Pour le moment, je suis ravie, nous arrivons à avoir tous les deux des rendez-vous à des horaires qui nous arrangent professionnellement.
Peut-être est-ce grâce à notre bonne étoile, cette feignasse, qui s’est enfin réveillée…

Le projet du moment : une maison !

J’ai longtemps été convaincue que je n’aurais pas envie de me poser, que ma vie faite de cartons de déménagements me conviendrait à jamais. Et puis, j’ai rencontré le Geek.

Ensemble, en 3 ans, nous avons déjà déménagé 2 fois, ce qui était parfaitement normal de mon point de vue, nettement moins du sien.

Aujourd’hui, avec l’envie de ce bébé qui me brûle le ventre, est aussi venue l’envie de construire un nid, d’avoir un chez nous qui serait à nous (et à la banque). Il m’a fallu du temps pour le réaliser et encore un peu de temps pour convaincre mon amoureux que je ne plaisantais pas, que je voulais vraiment me poser (avec lui, ça va sans dire).

De toute façon, nos rêves d’expatriation aux USA sont mis de côté le temps de la PMA, car nous n’aurions jamais les moyens de faire nos bébés là bas.

Et c’est ainsi que, depuis quelques semaines, nous regardons les petites annonces et nous allons nous balader dans les coins qui nous plaisent, histoire d’analyser tout ça (pharmacie ? check ! sushi ? check ! école ? check ! etc ^^).

Par contre, nous ne souhaitons pas faire construire (par chez nous, les délais sont d’une bonne année) mais plutôt acheter une maison pas trop ancienne, mais pas trop neuve non plus, avec quelques travaux mineurs à prévoir.

En gros, notre projet, c’est d’acheter une maison avec 4 chambres (3 chambres c’est bien mais il nous faut un espace bureau pour caser tous nos ordinateurs) et un morceau de terrain pour pouvoir faire une piscine et un coin potager.

Avec notre budget, nous ne pouvons pas aujourd’hui nous installer sur Bordeaux intra-rocade donc nous regardons plutôt vers le Médoc, vu que le coin est quand même super sympa et encore très abordable.

« Quand on aura la maison » est devenue notre phrase du moment (à égalité avec « quand le bébé sera là ») donc si vous avez des conseils pour les apprentis propriétaires que nous sommes, je prends !!

Game Over {14}

Bien bien bien. J’avais beau avoir été prévenue que la progestérone donnait des signes trèèèèèès réalistes (mais trèèèèèès faux), j’ai pris une grosse claque hier quand ma température à chuté de 0.4°C.

Donc J1 du C15 ce matin. Heureusement, le week-end s’annonce sympa et je profiterais du champagne que j’ai mis au frais pour l’anniversaire de ma maman…

D’un autre côté, je suis contente de pouvoir commencer mes « devoirs » pour la PMA (je ne vais quand même pas laisser mon Geek pavoiser avec sa longueur d’avance !!).

Ho, et puis on a un autre projet, je vous en parle très vite !!