Histoire de pimenter un peu l’attente….

DNLP n’aime pas que l’on s’ennuie, donc elle m’a gentiment offert un petit tour aux urgences lors de mon cycle précédent…

Lundi soir. On va manger au Burger King qui vient d’ouvrir pas loin de chez nous. Fergie est ravie, elle adore les « samwi » ^^ En rentrant, j’ai un peu mal au ventre. Petit tour aux toilettes, je me dis que le burger plus les onions rings, c’est trop gras pour moi. Deuxième tour aux toilettes, j’ai sacrément mal et le ventre qui commence à gonfler alors je m’allonge sur le canapé. Le Geek s’occupe de préparer Fergie pour la nuit car je suis pliée en deux sur le canapé. J’avale 2 spasfons car j’ai des sueurs froides et je commence à sacrément déguster. Le Geek jongle entre notre fille et moi. Je me lève tant bien que mal et là je vomis. Une fois. Deux fois. Je pleure de douleur. Le Geek appelle SOS Médecins qui débarque très rapidement. Coup de bol, on le connaît, c’est un des « sympas ». Il suspecte une rupture de kyste ovarien ou une torsion ovarienne et veut m’envoyer aux urgences pour une échographie. En attendant, il me fait une injection qui apaise un peu la douleur.

Pas de bol, Fergie dort donc Le Geek ne peut pas quitter la maison. Branle-bas de combat : on appelle une copine infirmière et mes beaux-parents. La copine débarque et m’embarque dans une clinique qui a un service d’urgence. On se perds un peu mais on finit par atterrir aux urgences. Je m’inscris, tenant à peine sur mes jambes. On attends un peu et Le Geek arrive juste avant que je ne sois appelé. Il n’a pas le droit de venir avec moi (?????) tant que je n’ai pas vu le toubib.

Une jeune infirmière m’aide à passer une blouse et à m’allonger puis elle me pique (dans la main, aïe) pour me passer dans anti-douleurs et me prendre une dizaine de tubes. 2h passent. Toujours pas de médecin. Toujours pas de Geek. Je commence à angoisser et à ce moment là, la porte s’ouvre enfin sur mon amoureux, qui a soudoyé le cerbère de l’entrée pour me rejoindre. On attends, les médicaments me soulagent mais ce n’est pas encore la grande forme.

Enfin le médecin arrive. Mes analyses de sang sont normales et mes HCG négatives (on s’en doutait hein). Mais je ne pourrais passer une échographie que le lendemain (enfin plus tard, vu qu’il est 3h du matin). Je renvoie le Geek à la maison et j’essaye de somnoler un peu. C’est un petit service d’urgence mais ça reste folklorique ^^

8h le mardi matin, je suis enfin transportée au service de radiologie. Bonjour Madame. Pas d’aide pour monter sur la table alors que je souffre visiblement (pas merci Monsieur !). Pif paf pouf, vous avez un kyste qui a éclaté, un gros épanchement de liquide, blabla blabla. Retour dans mon box, le Geek me rejoint et je préviens le boulot de mon absence pour la semaine. Notre fille est ravie, elle va passer la journée avec ses grands-parents.

Le médecin de garde appelle le centre PMA pour discuter avec eux d’une éventuelle opération. La collègue du Dr Éprouvette ne la jugeant pas nécessaire, je suis libérée mais je devrais passer une échographie la semaine suivante au centre pour faire le bilan.

Fast forward, j’ai passé une semaine difficile à la maison, à me traîner comme une petite vieille, courbée en deux et essoufflée.

Je reprends doucement le boulot le lundi suivant avec l’impression constante que la douleur va ressurgir. Puis je me rends à mon rdv avec la collègue du Dr Éprouvette. C’est une jeune, je ne la connais pas mais elle est vraiment sympa et très douce. Elle me rassure enfin ; l’épanchement est en train de se résorber, tout comme le kyste. Il n’y a donc pas de contre-indication à un TEC sur le prochain cycle.

Sauf que. Sauf que mon J1 va arriver avec 5 jours d’avance et que coup, ça ne colle plus avec les dates de congés du labo. Tant pis, ça feta un cycle de repos supplémentaire pour mon intérieur un poil malmené par tout ça !!

Bref. Ce cycle de repos touche à sa fin et si j’en crois mes prévisions, ça va encore être chaud patate niveau boulot !!