Game Over {30} & Bonne année quand même :)

Mon J1 s’est pointé tout seul comme un grand, après un cycle tout beau tout propre de 28 jours (nan mais t’y crois toi, 28 jours !! ça ne m’était pas arrivé depuis juin 2013, truc de ouf !!). FIV#2bis est donc officiellement lancée et je suis joie à cette idée :D

Sinon, suite à vos conseils, j’ai demandé à ma généraliste de me prescrire du Donormyl pour essayer et ouf, je peux enfin fermer les yeux au bout d’une toute petite heure de petit vélo !! Bon, par contre, j’ai nettement plus de mal à me réveiller. Mais on ne peut pas tout avoir donc on va dire que ça va faire l’affaire pour le moment !

Je vous souhaite à mon tour le meilleur pour 2014, dans votre vie de tous les jours mais aussi sur le front de la PMA <3

Anesthésiste et Ostéopathe FIV#2bis

Quand ce fut mon tour, l’anesthésiste m’a accueilli avec un grand sourire. Il m’a tout de suite reconnu et m’a dit qu’il serait bref, vu que je connaissais déjà bien la maison (ouais, moi la phobique qui devient une habituée, c’est trop lolilol docteur !).
Nous avons un peu discuté de FIV#2 puis il a pris ma tension. Forcément, j’étais à 16/9.
Je lui ai parlé de mes soucis de tension en octobre et il m’a dit que ce serait une bonne idée de recommencer le monitorage pendant au moins 10 jours, pour faire un comparatif. Je vais donc en parler avec ma généraliste mais j’ai un peu peur de ce qui m’attends…

J’ai raconté au Geek, qu’en partant, il m’avait souhaité de ne me revoir que pour la consultation pour la péridurale. Mon amoureux a souri et m’a demandé si je lui avais dis que je n’en voulais pas. J’ai ri et répondu que je ne voulais pas lui faire de la peine ^^

Le soir même, j’avais rendez-vous avec mon ostéopathe. La dernière fois que nous nous sommes vues, c’était en février, après IAC#2, je lui ai donc fait un bilan rapide des derniers essais et du fait qu’il semblerait y avoir finalement quelques soucis de mon côté aussi.
Une fois sur la table, elle m’a dit qu’elle allait se concentrer sur mon petit bassin. A ce moment là, j’ai eu envie de rire en pensant à Céline et à sa séance un peu spéciale, en me demandant si c’était ce qui allait m’arriver !!

Fort heureusement, j’ai pu garder ma culotte ^^ mais j’ai quand même sacrément dégusté. Mon petit bassin était complètement bloqué à gauche et mon sacrum très très sensible.
Bref, je suis HS depuis et ça travaille sacrément au niveau de mes ovaires mais je sais que ça m’a fait beaucoup de bien.

Idéalement, elle aurait aimé me revoir avant FIV#2bis mais ça va être compliqué en terme de planning. Donc on a convenu que selon le résultat, on se verrait tout de suite après ou à la fin du premier trimestre.

Voilà, sauf contre-ordre mardi, je commence la phase de blocage le 26 !!

Game Over {26}

DNLP a encore joué avec nos nerfs puisque ayant habituellement des phases lutéales courtes, j’ai commencé à mouliner sévère en arrivant à 12 puis 13 puis 14 dpo sans signes de rien du tout. Comme disait mon Geek, on a joué au Chat de Schrödinger sur ce cycle !!

Mais il ne faut pas rêver, les miracles ce n’est pas pour nous et mon J1 s’est pointé à 15dpo, moins d’une heure après que j’ai eu le Dr Éprouvette au téléphone pour lui parler de mon retard…

Cette fois, j’ai commencé le Synarel à J20 donc j’espère qu’il a fait effet. D’après mes calculs, ça nous mènerais à une ponction vers la fin de la semaine 38 / début de la semaine 39.

Sinon, ça y est, je suis en vacances !! Après avoir vu tout le monde partir, c’est enfin mon tour de me reposer un peu… Et ça va me faire du bien, parce que sincèrement, j’ai du mal. Je suis fatiguée, moralement surtout et je vois arriver FIV#2 avec plus de tristesse que d’impatience.

D’ailleurs, vous avez probablement remarqué que je me suis faite rare sur vos blogs, je vous lis mais je ne sais pas quoi dire. Je me sens curieusement à l’écart ; peut-être que je lâche (un peu) prise ?

Anesthésiste ~ FIV #2

Même si FIV#2 a été décalée, j’ai préféré garder mon rdv avec l’anesthésiste en me disant qu’au moins, ce qui est fait n’est plus à faire !

J’ai donc séché le boulot hier après-midi pour me rendre à la clinique. Pas grand monde dans la salle d’attente, à part 2 femmes très enceintes, dont une qui faisait rouler sa bola sur son ventre en souriant aux anges. Un gros pincement au cœur…

L’anesthésiste qui me reçoit est jeune, souriant et dynamique. D’ailleurs, on a surtout parlé de mon boulot (qui avait l’air de le fasciner) et il m’a raconté quelques frasques de ses collègues, c’était plutôt cool (ça m’a bien détendu, ma tension n’était qu’à 14-8).

Comme ça s’est bien passé pour FIV#1, on a décidé de rester sur une anesthésie générale mais toujours avec un suivi attentif à mon réveil, pour éviter toute crise de panique. Et il augmente la dose de calmant que j’aurais à mon arrivée, histoire que, cette fois-ci, je ne me mette pas à pleurer dans le couloir.

Et en retournant à l’accueil pour payer ma consultation et signer le devis pour le dépassement d’honoraires, la secrétaire pas très aimable à mon arrivée s’est radoucie quand elle a vu mon dossier et m’a souhaité que ce soit la dernière FIV.

Sinon RAS, je suis à J17/5DPO de C26 et je recommence le Synarel samedi à J20 !!

Brèves #13

Hier, mes parents sont rentrés de vacances et je suis passé leur faire une bise. En repartant, je croise leur voisine, que je connais depuis que j’ai 14 ans. Imaginez Cristina Cordula en veuve joyeuse, adepte des mini-shorts. Bref, c’est tout un personnage ^^

Elle : Ça va ma chériiiiie ?

Moi : Oui super !

Elle : J’ai rêvé que tou étais enceinte !!!!!!!! Tou es enceinte ??????

Moi : Ha ben non.

Elle : Bientôt ma chériiiiie, bientôt…

C’est bête mais ça m’a mis du baume au coeur :)

Game Over {25}

Aujourd’hui, je devais commencer le Synarel en vue de FIV#2.

Sauf que DNLP aime bien se foutre de notre gueule rigoler et que ce matin, à la place de J22, c’est J1 qui s’est annoncé. Alors là, un cycle de 21 jours, elle ne me l’avait encore jamais fait !! O_o

Je vous laisse imaginer l’état de la maisonnée ce matin, à l’idée que le Dr Éprouvette décide de repousser la FIV. Heureusement, le Synarel peut aussi être utilisé en protocole long avec une première prise à J1. Ouf !

Me voilà donc avec un protocole qui débute plus tôt que prévu ; espérons pour le meilleur :)

Hystérosonographie

Hello, hello !!
Contente de vous retrouver, les copines !!
Certes, cette petite pause bloguesque m’a fait du bien, mais je me retrouve avec un retard monstrueux concernant la petite vie de notre communauté de galériennes. Qu’est-ce que vous êtes bavardes ;)

Donc, aujourd’hui, J8 de C24, j’avais rdv au centre PMA pour mon hystérosonographie avec le Dr Éprouvette. C’est avec plus d’une heure de retard (une ponction, au bloc ce matin, qui ne se déroulait pas comme prévu), que je rentre enfin dans son bureau, qui m’est décidément bien trop familier. Gentiment, elle prend de nos nouvelles puis me dit qu’on fera un point tous les trois samedi, avec le Geek.

Ensuite, je m’installe aussi confortablement que possible pendant qu’elle prépare son petit matériel en mettant de l’eau partout.
Pendant ce temps, elle me demande si j’ai bien prévu une protection parce que bon, ça coule quand même un peu et se retrouver avec les fesses humides, c’est pas hyper agréable. Et nous voilà à ricaner comme deux collégiennes ^^
Cet humour décalé et à deux balles, c’est quelque chose que j’apprécie chez elle :)

Bref, l’examen se passe bien et, au final, mon intérieur garde son label 3 étoiles.
Mes ovaires ont retrouvés une taille normale et il n’y a pas de kystes ou d’éléments suspects, ce qui me rassure beaucoup.

Petit bonus, mon endomètre est au top et j’ai déjà un follicule à 21mm !!
Alors même si c’est un peu tôt, le Dr Éprouvette me dit que ça vaut quand même la peine de tenter le coup !

Mais comme je suis la reine de la boulette, je me retrouve à me balader avec une couche serviette hygiénique alors que je porte un slim. Normal, mon cerveau n’a pas du tout fait la relation entre les 2 événements ce matin, au moment de m’habiller…

Vers la FIV : étape #5 – bilan avec la gynéco

Tout à l’heure, nous avons donc entamé l’ultime étape du processus obligatoire vers la FIV avec le Dr Éprouvette.

Elle nous a reçu avec à peine 30min de retard, ce qui nous arrangeait au final car mon Geek était coincé dans les embouteillages. Dans le couloir, je trottine derrière elle, elle se retourne, me regarde et me demande pourquoi je marche sur le pointe des pieds. Je la regarde sans comprendre puis j’éclate de rire et je lui dis que c’est mes talons qui donnent cette impression !! Gros moment de lol dans le couloir :D

Bref, on s’installe, on fait un bilan rapide des étapes précédentes (réunion d’information, psy et biologiste) et elle nous propose de passer aux questions. Nous avons donc abordé le sujet de l’anesthésie et j’ai énormément apprécié qu’elle ne prenne pas ma phobie de haut. Elle n’est donc pas opposée à la locale si je le sens comme ça (mais elle va me faire passer un petit « test », je sens que ça va être fun c’te affaire !!) et ça me rassure beaucoup de savoir que j’ai le choix. Elle nous a aussi confirmé l’infertilité d’origine masculine (contrairement à la biolo) ainsi que le nombre d’embryons qui me serait transféré (1 beau ou – à négocier le jour J – 2 si qualité moyenne).

Le Geek l’a beaucoup fait rire à son tour en lui lui parlant de méthode « à l’ancienne » (consciencieusement appliquée sur ce cycle de pause ^^) et elle l’a gentiment rectifié en parlant de méthode « normale« . D’ailleurs, au cas où DNLP nous ferait une surprise, le pré-traitement n’a pas d’incidence…

Enfin, je lui annonce que je suis à J20, nous avons droit à un grand sourire et à un « c’est parti alors ! » (pas d’écho, je suis déçue, j’avais mis ma culotte fétiche ^^) !!

On commence tranquillement dès demain avec du Provamès 2mg matin et soir. Dès l’arrivée de J1, je dois appeler le secrétariat et confirmer mon rdv pour le premier monito. Selon les résultats de ce monito, le Dr Éprouvette me donnera le feu vert pour commencer le Gonal-F à 225ui (aïe, 3 fois ma dose habituelle) et le Cétrotide 0.25mg.

Avec tout ça, et si mes ovaires sont de gentilles fifilles, la ponction pourrait avoir lieu semaine 23 et le transfert dans la foulée (entre 2 et 6 jours dans notre centre). A priori, vu mon profil, elle espère une « récolte » de 5 à 7 ovocytes pour 3 embryons.

D’ailleurs, selon la « qualité » de notre récolte, on fera peut-être une FIV ICSI, donc mon Geek doit faire un caryotype pour vérifier qu’il n’y a pas d’anomalies génétiques qui pourraient venir gâcher la fête dans mon utérus. Quant à moi, en cas d’échec de cette tentative, je pourrais gagner une nouvelle carte Panini (dédicace à Sophie ^^) avec une hystérosonographie.

Et voilà. On y est. La FIV putain.

Vers la FIV : étape #3 – rdv avec la biologiste

Vendredi, nous sommes passés à la troisième étape de notre parcours vers notre première fiv avec le rendez-vous avec la biologiste.

Nous l’avions rencontrés lors de la réunion d’information et j’avais eu un bon feeling la concernant. Les plannings n’ouvrant que le 15 avril pour le mois de mai, vous imaginez bien que j’étais dans les starting-blocks pour obtenir un rendez-vous rapidement !! Et nous avons eu de la chance puisque une place était disponible dès le 3 mai.

Arrivés à 13h40 pour un rendez-vous à 14h, nous avons d’abord passé un bon quart d’heure avec l’assistante administrative, pour vérifier que notre dossier était bien en ordre. Petit avantage d’être déjà passé par les IAC, nous n’avons pas eu besoin de fournir à nouveau tout un tas de papiers, ni de repayer les 100€ à l’attention de l’IFREARES.

Ensuite, nous sommes retournés dans la salle d’attente, où nous avons attendus plus de 30min. Bon, ce sont des choses qui arrivent mais mon Geek étant attendu, nous regardions la pendule avec inquiétude. Pendant cette attente, nous avons croisé un couple avec leur bébé qui venait pour mettre en route le deuxième. Çà m’a mis du baume au coeur de me dire que oui, c’est un parcours difficile, mais la récompense est là, toute proche…

Enfin, la biologiste nous reçoit et retrace rapidement notre parcours depuis bientôt 2 ans. Et nous entrons dans le vif du sujet quand elle nous dit que nos spermogrammes sont du genre fluctuants et qu’elle ne pourra décider de la technique qui nous sera appliquée –FIV classique ou FIV ISCI (injection d’un spermatozoïde dans un ovocyte)– que le jour de la ponction, après le recueil.

Comme le Geek et moi sommes raccords sur le sujet, nous nous mettons d’accord avec elle pour le transfert d’un seul embryon pour cette première tentative.

Quand vient le moment de poser nos questions, nous abordons le sujet de notre « résultat douteux » et elle nous confirme la grossesse biochimique. Et je me dis que si j’avais attendu 17 DPO, comme indiqué sur l’ordonnance, nous n’en aurions jamais rien su…

Par contre, c’est une surprise pour nous mais, d’après la biologiste, notre infertilité ne serait pas masculine (oligo-zoo-tératozoospermie pourtant diagnostiquée en août 2012) mais plutôt à classer dans la catégorie des inexpliquées. Ce qui nous laisse plutôt dubitatifs pour tout vous dire.

Bref, ça c’est bien passé même si je pensais que ce serait beaucoup plus technique.

Si ça vous intéresse, la consultation est gratuite dans notre centre mais nous avons signé un devis : lors de la ponction, la première congélation est prise en charge par notre 100% sécu mais pas la deuxième, qui coûte 90€. Imaginons que je produis 5 ovocytes ; à J2, ils me réimplantent le plus beau et ils en congèlent un deuxième de belle qualité. Les trois suivants sont laissés en culture et, si l’un deux passe au stade de blastocyste, il sera congelé. C’est cette deuxième congélation sur la même ponction qui sera à notre charge. A priori, il s’agirait d’une nouveauté ; ça vous parle ?

Vers la FIV : étape #2 – l’entretien psy

Après la réunion d’information, j’ai immédiatement pris rendez-vous avec le psychologue, vu que cet entretien est obligatoire dans notre centre.

Le Geek et moi avons préféré obtenir un rendez-vous directement au cabinet du psychologue plutôt qu’au centre car mon chéri, alors qu’il m’attendait, s’est aperçu qu’on entendait quasiment tout ce qui se passait dans le petit bureau depuis la salle d’attente. Pas glop pour l’intimité !

(ceci dit, nous n’avions pas anticipé le fait que de se garer, un soir de semaine, en plein centre-ville, allait relever de l’épreuve de force !!)

Nous avions donc rendez-vous mercredi soir, à 19h et, pour être tout à fait honnête, j’appréhendais un peu…

Le cabinet du psy est situé dans une bâtisse qui regroupe plusieurs activités médicales et para-médicales. Je ne sais pas qui leur a conseillé de choisir une architecture de style « paquebot » mais c’était franchement vilain. Bref, le tout petit cabinet se situe à l’étage, sous les toits. Heureusement que je ne suis pas très grande ^^

Nous nous sommes assis sur un confortable canapé, face au psy. Malgré tout, je n’ai pas arrêté de gigoter car je n’arrivais pas à m’installer confortablement ; quand on est petite, les canapés profonds, c’est une véritable plaie !

Et là, nous avons commencé le jeu des questions / réponses. Il nous a donc interrogé sur nos antécédents, sur nos essais bébés, sur la découverte de notre infertilité, sur les examens, sur nos ressentis face aux traitements, sur notre relation avec le Dr Eprouvette, sur nos proches et leurs réactions, sur l’impact sur notre sexualité, sur notre travail, sur nos réactions face aux grossesses et bébés des autres, sur notre capacité à nous projeter dans le grossesse/naissance/éducation, sur les grossesses gémellaires et encore tout un tas d’autre chose…

Mine de rien, ça en fait des choses à dire !!

Au final, à part un moment où je n’ai pas pu retenir mes larmes (mais il l’a fait exprès, le bougre !), nous avons passé un moment somme toute assez agréable. Et mon Geek a été parfait, il a beaucoup parlé (et j’aime quand il exprime ses émotions, vu que c’est assez rare de sa part ; c’est une huître mon chéri !!).

D’ailleurs, c’est lui qui a le mieux résumé cet entretien ; ça fait du bien de pouvoir parler à quelqu’un qui écoute vraiment ce que l’on a à dire, sans juger, sans s’empresser de commenter ou de donner son avis.

Au final, l’entretien prévu pour durer 45min se sera terminé 1h30 plus tard ^^
Mais bon, c’est de ma faute ; quand le psy a dit qu’il travaillait aussi au CECOS, je n’ai pas pu m’empêcher de lui poser des questions, en pensant aux copines. En gros, sur Bordeaux, il y a 40 donneurs par an et à peine 10 donneuses. Le délai pour bénéficier d’un don est d’environ 18 mois (plus un an d’attente, dédié à la réflexion).

Prochaine étape, rappeler le laboratoire pour voir si le planning de mai des biologistes est enfin arrivé, pour caler un rendez-vous !